Le tourisme est l’un des secteurs d’activité qui a été le plus impacté par l’apparition du web, et c’est d’ailleurs le plus gros secteur d’activité sur internet. Cependant, les touristes se sont emparés des nouveaux outils et ont créée des nouveaux usages plus vite que les professionnels du secteur n’ont changé leurs méthodes de travail, y compris leurs méthodes d’acquisition client.

Même si le secteur a beaucoup progressé dans les dernières années, il est bon de rappeler quels sont les piliers de la relation clientèle dans le tourisme « numérique » :

  • La fidélisation coute moins chère que l’acquisition.
    Une fois qu’un prospect est devenu client et qu’il a passé un séjour chez vous, à quel rythme interagissez-vous avec lui pour lui rappeler votre existence et lui faire des offres pour lui proposer de revenir ? Un client qui revient c’est un coût d’acquisition en moins, et vous pouvez même l’inciter à revenir dans vos périodes plus creuses car l’enjeu financier sera moindre sur ce client.
    Un client fidèle et content, c’est par ailleurs un ambassadeur qui conseillera votre destination, votre camping, votre hôtel. Même si il ne revient pas, il fera peut-être venir sa famille et ses amis chez vous !
  • Vous devez connaitre vos clients et leurs habitudes.
    Aujourd’hui il y a suffisamment de données et d’opérateurs technologiques capables de vous accompagner pour que vous puissiez faire une communication personnalisé à chacun de vos segments de clientèles. Si vous pouvez prédire les attentes de chacun, il sera beaucoup plus facile de les convaincre de venir chez vous, et vous baisserez vos coûts d’acquisition drastiquement.
  • Il faut piloter sa stratégie par la data et les bonnes métriques.
    Avoir de la data et s’en servir pour faire des offres adaptées, c’est bien, mais savoir si ces offres sont efficaces, c’est mieux. Et la maturité n’est pas encore totale sur ce point chez les acteurs du tourisme. Les stratégies de choix de mots-clés sont un bel exemple : trop souvent les professionnels font un choix très générique, ce qui donne de bons taux de clics, mais pas de transformation derrière. En choisissant des mots-clés porteurs d’une intention commerciale, le taux de clics est moins bon, mais les revenus sont plus hauts, ce qui baisse le taux d’acquisition.

Tout cela, vous en entendrez parler à Tourisme Numérique, venez nombreux !